Ilmayen, petite kabylie

Accueil > El Main > El Main honore ses héros : commémoration du martyr le chahid si Mohamed (...)

El Main honore ses héros : commémoration du martyr le chahid si Mohamed Cherif Mokrani

lundi 17 novembre 2014

C’est ce samedi 15 novembre et dans le cadre des festivités du 60 eme anniversaire national du 1er novembre 1954, que les autorités communales et les associations historiques de la daïra de Djaafra et de la commune d’El Main et de beaucoup de personnalités révolutionnaires ont décidé de fêter la commémoration du martyr du Chahid Si Mohamed Cherif Mokrani … Dés la matinée , et habillée de ses parures nationalistes , la belle localité d’El Main a vu un impressionnant rassemblement populaire de moujahids , de jeunes , d’enfants et de citoyens et de citoyennes venus participer aux cérémonies en l’honneur de ce digne fils de l’Algérie combattante … Si Mohamed Cherif Mokrani , membre du PPA et de l’organisation spéciale (OS) a été un des premiers éléments qui avaient contribué au déclenchement de la révolution algérienne dans le canton de Djaafra , précisément à El Main , future zone de combat de la Wilaya 3 et ensuite zone interdite par l’armée française qui a subi les plus effroyables bombardements . Chef du maquis de El Main sous la conduite de Krim puis du colonel Amirouche après le congrès de la Soummam, Si Mohamed Cherif Mokrani a eu le mérite de créer le premier hôpital de l’ALN sur ses terres de Tabouda, où de nombreux combattants Djounouds et officiers blessés de la région de Bordj Bou Arreridj , cet hôpital transformé en PC et en camp en territoire libéré a reçu la visite de nombreux chefs ALN de la région comme les officiers d’état major de la Wilaya 3 , Si Aissa Hamitouche el Boundaoui ; Aicha Hadad et de nombreuses infirmières ALN de Bordj y ont fait leurs classes …Selon le témoignage des Mémoires de combat de si Abdelhafidh Amoqrane , alors attaché au PC d’Amirouche , le camp de Tabouda devait subir un bombardement terrible par l’aviation française qui avait mis en émoi tout le maquis de la basse Kabylie , Si Mohamed Cherif Mokrani et de nombreux membres de sa famille périrent lors de ces affrontements des débuts de la révolution , en décembre 1956 .. Le colonel Amirouche très peiné par ces horreurs avait décidé de venger ces pertes et c’est sur ses ordres et sa décision que furent évacués très vite les enfants de Si Mohamed Cherif : Si Slimane Mokrani vers le PC du colonel Si Lakhdar dans les Aurès, comme secrétaire puis vers la Tunisie, l’Arabie Saoudite et l’Irak comme étudiant, Si Amer vers la Tunisie comme étudiant ainsi que leurs sœurs les moujahidates Saliha future cadre de l’enseignement à l’indépendance et Yamina Mokrani militante de la révolution et future épouse du Fidai Si Tahar Beldjoudi

Après un grand rassemblement dans la cour du Lycée Yahia Bouaziz d’El Main , où la population est venue nombreuse assister à l’événement sous les auspices du Colonel Si Mohamed Tahar Bouzghoub , fils d’El main et premier officier aviateur ALN de l’Algérie indépendante et où l’on pouvait remarquer les délégations d’invités et de convives , celle de Kalaa , d’Amizour , des Babors , celle de Bougie conduite par les chefs ALN Si Omar El Hafidhi et les officiers et écrivains Djoudi Atoumi et Rachid Adjaout , celle de Bordj conduite par Si Hocine Ziani , Si Rabah Houiri et Si Brahim Lahouassa , celle de Tamokra conduite par le vénérable Cheikh Tahar Ait Aldjet , de nombreux moujahids et officiers ALN de Djaafra et de la région ; les participants se dirigèrent vers le carré des martyrs d’El Main au rythme de chants patriotiques chantés par des écolières . Des conférences sur la vie du Chahid et des témoignages sur son parcours militant furent ensuite donnés devant l’assistance qui se dirigea après coup dans les salles d’exposition où de nombreux objets et photos datés furent mis à la disposition du public .un grand couscous traditionnel Les organisateurs avaient promis que l’événement sera annuellement fêté à El Main parée de toutes ses couleurs algériennes …

Arrivé de bon matin à El Main, sous une pluie battante sur les vertes prairies de la Medjana , de Thenia et sur la route sinueuse des crêtes des Bibans , j’avais fais observé à un ami de rencontre (qui a quitté la région ) , le cardiologue Salem Bouaziz médecin longtemps installé à Bordj et fils de chahid d’El Main , que la journée s’étaient ensoleillée tout à coup le temps de la commémoration …La pluie furieuse devait reprendre juste le temps que nous puissions nous préparer pour le retour après la clôture . Sans dire un mot, le docteur avait certainement deviné l’instinct de cette pensée … Je devais sûrement penser comme ça : que le soleil se lève aussi et brillera toujours pour les saints, les innocents et les Martyrs. Heureux ceux qui n’ont rien pris et qui ont tout donné … Tahia El djazair

Laid Mokrani

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.